Le chant des Mères

Publié le par Eric Costan

(Photo : M.C. Hostettler)


Je garde en moi quelque chose de l’être absorbé

 

Toute peine accumulée sera

dans le redoux des histoires

pluie de météores

 

       Sera

       Refuser l’automne

 

Mon manteau croule ainsi sous les lueurs

Et le chant des Mères s’élève de partout

Le printemps chaque jour

       commence à peine

 

L’épervier plane

Impose le silence

       repasse

                  et glisse ailleurs

Publié dans Poème

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marine D 19/10/2020 16:57

Moi c'est l'hiver que je refuse
J'aime ton épervier qui plane et impose le silence...

Eric Costan 21/10/2020 21:23

J'ai lu tous tes agréables commentaires Marine, merci pour cette présence.